Le Naturisme


Le XIVe Congrès international INF-FNI (Agde, 1974) a définit le naturisme comme étant :

« une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par la pratique de la nudité en commun, ayant pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et de l’environnement. ».

La nudité collective, dans un cadre familial et sain, où se côtoient toutes les générations, est synonyme de plaisir et de liberté pour les naturistes, qui cherchent à vivre au calme, immergés dans une nature préservée.

Toutefois, la nudité (nudisme) n’est qu’une des composantes du naturisme : la dimension sociale, de respect d’autrui, de convivialité et de tolérance sont très importants. Le naturisme permet notamment à certaines personnes complexées ou handicapées de s’accepter plus facilement et de moins craindre le regard d’autrui. L’éthique naturiste est aussi caractérisée par le respect de l’environnement. Certains naturistes parlent de « nudité intérieure » pour designer les bienfaits apportés au psychisme par la pratique naturiste.

Ce mot a aussi désigné :

Le terme “gymnosophie” associé au yoga par Socrate ou Platon est également utilisé pour qualifier le naturisme.

Histoire du naturisme

A partir du siècle des Lumières et du mythe du « bon sauvage » de Rousseau, le concept de naturisme et la façon dont il fut mis en pratique ont joué un rôle prépondérant dans notre rapport au corps et l’évolution des mœurs.
Les motivations ainsi que la symbolique, du naturisme, n’ont cessé d’évoluer au fil du temps, au début des valeurs hygiénistes, morales, médicales et éducatives furent misent en avant. Ces valeurs subsistent encore aujourd’hui mais l’écologie prend de plus en plus d’importance. Nous le voyons aujourd’hui comme un loisir de vacancier, mais on ignore presque tout de son histoire et de ses valeurs : la séparation de la sexualité (qui doit resté dans l’intimité) et la nudité, le respect de soi et d’autrui et le respect de son environnement en sont les bases.